Par Rita Gaudreau Girard et Nathalie Thibault

Pourquoi la société tolère telle certains niveaux de violence ? Quel est le message que l'on projette aux jeunes ? Voyons ensemble avec émotion comment la violence familiale peu se manifester. Prenez quelques instants et lisez ce qui suit :

 

La violence familiale: "J'en ai assez!"

Lorsqu'on n'a que douze ans, tous les jours se ressemblent et la vie n'est qu un jeu d'enfant... Je me souviens que... Lorsque papa consomme de l'alcool de façon démesurée, il extériorise ses émotions de manière agressive et impulsive, et lorsqu'il ne boit pas, il semble triste, il bavarde peu, même qu'il est distant et froid. Mes sĻurs, mes frères et moi devons constamment demeurer tranquilles afin que papa ne se fâche pas. Je souffre tellement, je ne suis plus capable de supporter ses cris, son regard, ainsi que son attitude cruelle envers nous. Il nous dit qu'il doit constamment nous corriger et qu'on le mérite. Est-ce vrai ? Pourtant, je suis obéissante, je fais tout en mon pouvoir pour qu'il soit content de moi.

 

J'aimerais tellement avoir des mains magiques afin de pouvoir faire disparaître le malin qui habite mon papa. Maman nous dit souvent qu'il nous aime et qu'il ne veut pas nous faire du mal, je ne comprends pas du tout. Lorsque l'on aime quelqu'un, on ne le frappe pas, mais, peut-être que c'est ça l'amour ? J'me souviens, lorsque j'étais plus petite encore, papa nous donnait des friandises ou certaines permissions afin de se faire pardonner. À part ça, j'aurais pu m'en passer de ses bonbons, ainsi que de ses coups de pieds et de son ceinturon. J'me demande pourquoi personne vient à notre secours, personne ne m'écoute, même qu'à l'école, tous demeurent muets et aveugles. Les marques ne sont-elles pas assez évidentes ?

Maintenant, puisque je suis la grande fille de la maison, je dois protéger mes frères et mes sĻurs, je dois demeurer forte. Y'a des jours ou j'me dis que je ferais mieux de m'enfuir loin d'ici, mais pour aller où? J'aimerais être un peu plus grande parfois afin d'aider maman. Tout ce que je peux faire c'est la réconforter lorsqu'elle pleure, lui dire que je l'aime, que je la protégerai tout le temps. Je lui dit aussi que demain, tout ira mieux. D'ailleurs, c'est ce que maman me dit depuis toujours. Lorsque papa commence à boire et à s'affoler, je suis impuissante face au malin qui l'habite, je ne le reconnais plus, j'ai peur, je pleure, je fuis. Je veux partir à tout prix, mais où? Je veux appeler quelqu'un, mais qui ? De toute façon, je refuse de laisser ma famille seule avec lui.

Papa, submergé par les remords, était prêt à tout pour se faire pardonner. Hélas ! même sil ne boit plus, maman continue de vivre ses tourments. Après quinze ans de violence familiale, toutes les situations se révèlent menaçantes pour elle. À vrai dire, les mots qui sortent de sa bouche n'ont plus de sens, de même que ses promesses sont insignifiantes. La confiance de maman sest atténuée à tout jamais. Dépourvue despoir, elle na plus les capacités daffronter les épreuves, aussi minimes soient-elles. Au fils des jours, maman ne peut sempêcher de se remémorer les souvenirs qui font surgir les émotions les plus pénibles. Papa fait tout en son pouvoir afin de lamadouer. Sur ce, maman demeure misérable dans cette relation inopérante, et nous ses enfants, on l'inquiète.

 

Pendant plusieurs années, elle nous éduque au mieux de ses connaissances et se lamente en silence... Jour après jour, lorsquil la regarde, elle tremble, dès quil sapproche, elle fuit, elle reconnaît son parfum, ainsi que le danger éminent. Elle se sent comme une proie face à son prédateur. Cest pourquoi elle sest construit un mur de protection, que nul ne pourra franchir. Du moins., c'est ce que je croyais. Aujourdhui, la confiance sombre dans les ténèbres et la peur persiste à tout moment. Alors, déterminée à cesser ce calvaire, et, ayant le goût de vivre sa liberté, elle le quitte. Cette fois, maman est convaincue que c'est la meilleure chose à faire. Elle ne changera pas d'idée. Cependant, elle reviendra nous chercher...

 

Depuis 3 jours, papa attend avec impatience le retour de maman. Ainsi, privé de sommeil, ses yeux semblent vitreux et pleins deau. Il se prépare à laccueillir, dans lespoir de tout recommencer. Dailleurs, il est persuadé quelle lui reviendra. Chut!! Maman arrive, elle est revenue nous chercher. Mon Dieu! jaurais tant voulu que cette journée soit comme les autres, mais elle ne létait pas. Dès son arrivée, papa demande à maman de s'asseoir. Humilié par son refus, son regard change et sapprête à craquer de rage. Maman, connaissant son humeur, nous demande de monter dans notre chambre, mais moi, je refuse... J'anticipe le pire, je sens qu'il est prêt à craquer. Comme d'habitude, il la menace. Seulement, quelque chose ne va pas. Mais...mais... qu'est-ce qu'il fait ? Latmosphère est inquiétante, les murs se barricadent, je cris : ANon, non ! Papa fais pas ça !@... Nonnnn... Tout à coup, le temps sest arrêté...

 

Elle était là, étendue sur le sol, inerte. Je n'en crois pas mes yeux.. Je n'aurais jamais pensé que papa aurait pu... Javais été témoin de tout... De même que, cette femme, je la connaissais, puisquelle était ma mère. Jamais, je ne lavais vue aussi belle, pourtant, je me souviens que son regard était vide, ses mots semblaient dépourvus de sons. Oui, son silence... Je lavais deviné... Elle était partie, où ? ... Je men doute... AMaman, c'est fini les lamentations. Enfin, pour toi c'est la délivrance, mais pour nous, c'est le début d'un monde sans toi...@ Lorsquon na que douze ans, tous les jours se ressemblent et la vie nest quun jeu denfant. Depuis, la vie nest plus un jeu et les jours ne se ressemblent point. Mon Dieu ! J'aurais tant voulu que cette journée soit comme les autres, mais elle ne létait pas, puisque sous mes yeux denfant, mon père lavait assassinée... Par un beau soir dété, tout avait changé. Rien ne sera plus jamais pareil...

Le cri d'une adolescente (1978)

Auteure: Rita Gaudreau Girard, (B Sc.Inf., M. Sc, candidate) 8 1996 (Tous droits réservés).

 

CONCLUSION

Le phénomène de la violence familiale constitue une problématique importante au Nouveau-Brunswick, au Canada et au sein de plusieurs autres cultures et sociétés à travers le monde. De nature complexe, elle affecte de façon manifeste la personne, la famille, la communauté et la société dans toutes leurs dimensions. Les différents problèmes de santé engendrés par la violence familiale constituent un enjeu important pour tous les professionnels de la santé. La transmission de la violence familiale, d'une génération à l'autre, constitue un facteur de perpétuation du cycle de la violence familiale au sein de la société. D'ailleurs, le constat effectué par les professionnels de la santé, quant à l'ampleur de la violence et des répercussions qui en découlent, les amènent à des réflexions profondes en regard des interventions de promotion de la santé familiale. Dans l'exercice de leurs fonctions, ils sont appelés à dispenser des soins à des victimes, des survivants, des témoins, et même des agresseurs.

Par l'entremise de ce programme, nous avons constaté qu'il y encore beaucoup à faire en ce qui a trait à la violence familiale, soit la sensibilisation, la prévention et surtout la recherche. Notamment, l'établissement d'une campagne de sensibilisation par l'implantation de ce programme d'intervention éducative auprès des communautés est indispensable si l'on désire que les générations futures puissent résoudre les conflits par la non-violence. Pour terminer nous vous proposons une réflexion:

A différents moments de notre existence, nous sommes tous victimes ou témoins de violence à différents niveaux. La violence ne s'apprivoise pas, elle ne fait que s'alimenter, même qu'elle grandit à travers nos comportements. Tôt ou tard, elle peut tout anéantir sur son passage. Si tous et chacun prenaient sa part de responsabilité afin d'encourager les générations futures à résoudre les conflits par la non-violence, peut-être aurions-nous un monde meilleur ? Arrêtons le cycle de la violence familiale@ La violence familiale : AJ'en ai assez ! (Gaudreau Girard, R, 1998).

Rita Gaudreau Girard, B.Sc.Inf., M. Sc, (candidate).

Nathalie Thibault, B.Sc.Inf

1998 (Tous droits réservés).

 

 

Ce document vous offre seulement un bref aperçu du programme d'intervention éducative s'intitulant:

La violence familiale : J'en ai assez !

Le programme a été conceptualisé par Rita Gaudreau Girard, (B Sc.Inf., M. Sc, candidate) et Nathalie Thibault, (B.Sc.Inf) de l'Université de Moncton-Campus d'Edmundston, N.B, Canada. Le programme vise essentiellement la sensibilisation des participants au phénomène de la violence familiale (voir objectifs d'apprentissages). Depuis 1998, il a été adapté et présenté à différentes collectivités, soit au public, à des jeunes au niveau secondaire, universitaire, ainsi qu'a des professionnels de la santé du N.-B.: Corporation hospitalière de la Région 4; à la Conférence Internationale (Acadie-Sherbrooke) dans le cadre du Sommet de la Francophonie (Juin 1999 à Moncton, N.-B); Communauté Autochtone/Atikamekw, Manawan au nord du Québec, ainsi que les écoles primaires et secondaires du District Scolaire de la région d'Edmundston.

Le projet a été retenu pour être présenté dans le cadre des ateliers thématiques du 1er Congrès international des infirmières et infirmiers de la francophonie en novembre 2000 à Montréal. Les évaluations ont été positives ce qui a engendré un effet d'entraînement à l'égard de ce programme de sensibilisation à la violence familiale et plus de 2000 participants l'ont apprécié jusqu'à maintenant.

Dans un futur rapproché, nous espérons pouvoir offrir le programme sous forme de documentaire vidéo. L'intervention éducative se déroule en quatre parties, incluant l'aspect théorique entourent le phénomène de la violence familiale, un jeu de rôle, un témoignage narratif accompagné d'une mise en scène et se termine par la présentation des ressources communautaires. Le tout est ensuite évalué à l'aide d'un questionnaire et d'une affiche symbolique conceptualisée par les auteures. Les conférencières sont capables d'adapter le programme selon la nature et les besoins des participants, soit le programme original d'une durée de 60 à 75 min ou le format atelier ou discussion de groupe qui dure environ 45 min ou moins. La section suivante vous propose la programmation.

 

 

PROGRAMMATION

Partie I- Introduction au programme et but de l'intervention éducative; Présentation de l'affiche; Questionnaire sur la violence familiale.

Partie II- Théorie présentée par l'entremise d'acétates électroniques AMicrosoft PowerPoint@: La violence en générale et la violence familiale, l'apprentissage social de la violence, les types de violence et les comportements associés, le cycle de la violence, les caractéristiques de l'agresseur (e), ainsi que les répercussions de la violence familiale.

Partie III- Animation et discussion avec les participants: L'invitation d'un participant au jeu de rôle concernant la violence familiale et mise en scène et narration d'un témoignage suivie d'une discussion de groupe.

Partie IV- Présentation des ressources communautaires et conclusion: Comment aider, les ressources communautaires;Discussion des rôles et responsabilités des professionnels de la santé en ce qui a trait au phénomène de la violence familiale et implication interprofessionnelle.

Partie V- Évaluation à l'aide d'une affiche symbolique et d'un questionnaire: Établissement des liens entre les éléments contenus dans l'affiche et la théorie reçue au préalable; Période de questions ou commentaires; Questionnaire d'appréciation; Distribution des dépliants (Ressources communautaires).

OBJECTIFS D'APPRENTISSAGE À LONG TERME

Au terme de l'intervention éducative, les participants seront en mesure de :

- Reconnaître le phénomène de la violence familiale et ses conséquences, ainsi que les aspects qui l'entourent;

- S'engager dans un processus d'autodétermination en matière de santé familiale.

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES D'APPRENTISSAGE

Au terme de l'intervention éducative, les participants seront en mesure de :

- Reconnaître le phénomène de la violence, soit la violence en générale, la violence familiale et l'apprentissage social de la violence;

- Distinguer les types de violence possibles, ainsi que les comportements qui y sont associés;

- Identifier les caractéristiques de l'agresseur, ainsi que les différentes phases du cycle de la violence ;

- Constater les conséquences de la violence familiale sur la victime ou le témoin ;

- Nommer ou ressortir par l'entremise d'une discussion de groupe les types de violence, les comportements qui y sont associés, les caractéristiques de l'agresseur, ainsi que les conséquences de la violence familiale sur ses membres, suite à un jeu de rôle ;

- Verbaliser ouvertement et expliquer dans leurs propres mots lors d'une discussion l'impact de la violence sur le témoin, ainsi que l'expression des émotions ou sentiments en tant que témoin de violence, lors du jeu de rôle ;

- Reconnaître le phénomène de la violence familiale et l'impact de cette dernière sur les membres de la famille suite à la narration et à la mise en situation d'un témoignage ;

- Évaluer leur implication en ce qui a trait au phénomène de la violence familiale, ainsi que l'aide et les ressources disponibles dans leur communauté.

 

Quelques exemples d'acétates électroniques utilisées dans la présentation animée avec Microsoft Power Point. L'animation comprend aussi la théorie. Les peintures ci-dessous sont les créations de Guéganne Galerie Studio.

Série Agressions/Abuse. Merci Guéganne!! (Voir son site: http://www3.nbnet.nb.ca/gueganne)

 

Conséquences de la violence familiale sur les victimes ou témoins

Au niveau psychologique

 

Au niveau physique

 

Au niveau des Comportements

 

 

Page suivante : questionnaire sur les violences familiales

Questions ou commentaires s'adresser à:

Rita Gaudreau Girard

Nathalie Thibault

Si tu désires va naviguer sur le site de notre université : Université de Moncton, Campus d'Edmundston , Secteur Science infirmière, Canada

 

Bibliographie
Retour aux articles
Retour à la page d'accueil