Article de la revue de l'Aide Soignant, Novembre 1997. RUBRIQUE : LE DOSSIER DU MOIS.
L'équipe des soignants du service de Soins de suite, Hôpital de La Châtaigneraie (Vendée).
Si leur approche vous intéresse, écrivez leur, ils le méritent vraiment, ou faites moi passer un mail que je leur transmettrai.

 

LES SOINS PALLIATIFS

Face à l'accueil d'un nombre grandissant de malades en fin de vie et face à un malaise, un mal être des soignants, dans l'accompagnement, liés en partie aux problèmes de douleur mal gérés et au manque de relation vraie autour du malade, nous avons initié une réflexion, une analyse de notre pratique professionnelle. En acceptant une remise en question dans notre travail, nous avons progressivement changé notre regard sur le malade.

Nous désirons témoigner de ce qui peut se faire ou se vivre dans la prise en charge des personnes en fin de vie (dans le service de soins de suite à l'Hôpital Local de la Châtaigneraie), surtout au travers de l'importance du travail en équipe, essentiel pour réussir un accompagnement, une qualité de soins.

 

L'ESPRIT D'EQUIPE

Caractère indissociable de l'accompagnement, l'esprit d'équipe implique le respect de l'autre, de chacun en tant qu'individu, avec ses différences, ses qualités personnelles et professionnelles, ce qui nous demande des efforts permanents de remise en question et d'acceptation à l'autre.

A travers la reconnaissance de la valeur de chacun, nous existons les uns vis-à-vis des autres dans une confiance qui s'installe progressivement.
Il nous a fallu beaucoup de temps pour arriver à une certaine homogénéité et pour que chacun se sente reconnu à sa juste valeur.

La notion de complémentarité dans l'équipe est essentielle, afin d'aborder les différents besoins de la personne malade. L'accompagnement des personnes en fin de vie ne peut se faire seul. C'est pourquoi nous voulons insister sur l'importance de la parole de chacun : de l'agent de service au médecin, en passant par l'infirmière, l'aide-soignant, le kinésithérapeute, l'ergothérapeute, etc. Nous essayons de travailler en collaboration étroite. Là encore, il a fallu passer au delà de certaines barrières notamment dans la relation médecin - aide-soignant.

Chacun, reconnu dans sa fonction, son statut et son rôle propre, met ses compétences professionnelles au service du malade, au sein d'une équipe pluridisciplinaire. L'équipe, comme un corps aux multiples visages, existe en tant qu'unité avec les mêmes objectifs orientés vers une même finalité, dans une même philosophie de soin. "Nous sommes en mission par le malade".

Cette harmonie de soins autour du malade ne s'est pas établie du jour au lendemain. De nombreuses discussions ont été nécessaires, il a fallu traverser des périodes de conflits et pouvoir les comprendre afin de progresser et de cheminer dans la même direction.

L'esprit d'équipe, c'est donc pouvoir communiquer, se dire, être à l'écoute et être entendu, ce qui implique la vigilance dans l'entendement et l'interprétation.

Les crises d'équipes vécues dans le service nous ont beaucoup appris dans ce domaine et nous permettent d'être beaucoup plus vigilants en ce qui concerne les signes avant-coureurs de conflits.

Le respect des uns et des autres aide à vivre l'accompagnement au sein d'une équipe soudée et plus tolérante.

L'esprit d'équipe s'inscrit dans un contexte de mission de soin avec un engagement personnel et professionnel.

TRAVAIL EN EQUIPE

L'organisation des soins :

La journée de travail s'organise chaque matin en fonction de l'état du patient, de ses désirs et est réajustée selon l'évolution.

Les priorités de chacun sont pris en compte et les soins sont réalisés en respectant leur rythme, tout en répondant à leurs besoins.

La prise en charge est réalisée en respectant une certaine harmonie autour du malade, dans une continuité de soins. Ceci implique une collaboration étroite entre les différents membres de l'équipe ou intervenants (apprentissage long et laborieux).

Il est possible d'inviter l'un des membres de la famille à participer aux soins, si le malade le désire. Pour le malade qui souhaite une
présence continuelle, nous nous organisons, pour répondre à son attente, en fonction du rôle de chacun. A ce moment-là, soignants, famille et bénévoles se relaient auprès de la personne soignée, étant bien entendu que la famille prend "toute la place" qu'elle souhaite selon ses possibilités et selon le désir du patient.

Ce qu'il nous parait important de pointer au niveau de l'organisation, c'est la confiance au sein de l'équipe, vis à vis du travail des collègues.

D'autre part, l'organisation ne repose pas sur des habitudes de service et passe au delà. Elle répond bien avant tout au désir et au besoin du malade.

En ce qui concerne les repas, nous essayons de donner le choix au malade quant au menu, à la quantité, à l'heure de son repas, tout ceci en fonction de ses goûts, de l'état du moment.

Nous laissons, là aussi, la possibilité à la famille de participer à l'élaboration du menu, du plateau.

Témoignage 1: "Travailler quotidiennement auprès des personnes en fin de vie est un enrichissement constant professionnel et personnel".

Au niveau professionnel
- Éveiller et développer tous nos sens pour mieux observer, toucher, écouter, sentir, parlerÉ
- Les utiliser pour prendre en charge le malade dans sa globalité.
- Favoriser les priorités, différencier ce qui semble le mieux pour le malade.
- S'adapter à chaque individu qui peut être différent, individualiser les projets de soin.
- Renforcer le travail en équipe en collaboration avec la famille.
- Prendre mieux en charge les autres malades du service (convalescence).

Au niveau personnel :
- Recherche de soi
- Témoignage que la vie est un cadeau." Chaque seconde qui s'écoule est un temps précieux qu'il faut savourer, une seconde de plus passée auprès de ceux qu'on aime."
- Enseignement sur la communication, le respect de l'autre, la tolérance, l'écoute, la confiance améliorant ainsi la relation à autrui."

Témoignage 2 : " L'accompagnement des personnes en fin de vie permet de nous enrichir professionnellement et personnellement. C'est un cheminement qui nous conduit à une meilleure approche de la mort, qui nous permet d'avoir un autre regard sur la personne soignée en prenant en considération dans sa globalité avec ses différents besoins physiques, psychologiques, affectifs, spirituels, sans porter de jugement, en respectant ses états d'âme dans ses difficultés et sa souffrance. La façon dont nous entendons ce qui peut se dire nous a permis de développer notre vigilance. Au quotidien, nous recevons des leçons de vie, des cadeaux de la part de ces personnes qui nous montrent l'importance de la valeur des choses. C'est une découverte et une connaissance de soi, avec une autre façon de vivre qui nous ouvre aux personnes extérieures. Ils nous apprennent à vivre les moments présents avec des temps fort de joie, bonheur ou de peine et tristesse mais pour en tirer toujours un bénéfice pour soi-même et qui nous aide à faire face aux différents aléas de la vie. Nous vivons dans un lieu de communauté où nous pouvons partager nos vécus plus ou moins difficiles dans un climat convivial. C'est un travail passionnant qui nous permet d'avancer, de mûrir et de grandir un peu plus chaque jour."

Témoignage 3 : "Chaque accompagnement est enrichissement professionnel, il nous aide à savoir pourquoi nous sommes là, à nous agrandir aux autres. Il nous témoigne le respect de chaque moment, de chaque individu. Il nous achemine vers les autres avec un regard différent, plus compatissant, empreint de respect, d'amour, de douceur, de vérité et de charité. Chaque accompagnement est aussi un enrichissement personnel, une leçon de vie, d'amour, un cadeau de vie, un grand pas sur soi-même pour cheminer un peu plus vers cette autre vie. Une aide précieuse pour accepter ou comprendre les aléas de la vie, à apprécier chaque moment de la vie comme un don, un présent. Il nous apprend aussi que c'est en donnant de nous mêmes que nous donnons véritablement. Tous ces accompagnements quels qu'ils soient sont une plus profonde soif de vie."

Apport du travail en complémentarité avec les bénévoles

La présence des bénévoles dans le service permet aux personnes en fin de vie d'être entourées selon leur demande sur un temps illimité, en relais avec les soignants et la famille.
Le bénévole offre une relation autre que celle du monde médical. Il apporte un regard, une écoute, un ressenti différent de celui du soignant. Il intervient en tant qu'homme, sans "uniforme", sans matériel de soin, sans connaissance médicale.
L'importance du maintien d'un environnement personnalisé par des objets familiers, des cadres, des photos permet également au bénévole d'être intervenant dans un cadre de vie, en faisant aussi le lien avec le monde extérieur.
L'intégration des bénévoles n'a pas toujours été facile ; il y a eu une évolution progressive dans l'acceptation. Au tout début, le bénévole a pu être considéré comme un intrus, qui peut juger, épier.

Soutien de l'équipe : groupe de parole

Dans l'équipe, très vite le besoin s'est fait sentir, d'être soutenu dans cette démarche d'accompagnement.
Nous avons trouvé une aide auprès du psychanalyste, au sein d'un groupe de parole. Nous nous rencontrons une fois par semaine. Cette réunion est proposée à tous les membres de l'équipe soignante travaillant de jour ou de nuit, ainsi qu'aux bénévoles et à l'aumônier. La liberté du rythme de présence appartient à chacun tout en sachant qu'il est souhaitable et profitable d'assister à ces rencontres hebdomadaires (inclus dans le temps de travail).

Le groupe de parole nous permet :

- d'évacuer nos angoisses, nos ressentis vis à vis du malade.
- d'exprimer nos interrogations face au comportement du malade et de son entourage.
- de prendre conscience des répercussions de notre vécu personnel et professionnel sur notre façon d'être et d'agir.
- de partager nos difficultés.

C'est aussi un lieu où nous partageons les joies, les moments intenses de l'accompagnement, les émotions, les moments de bonheur, auprès des malades et des familles. Ce sont des sentiments qui ne sont pas toujours exprimés au moment des transmissions.
Ces rencontres nous permettent d'avancer plus loin dans l'accompagnement, de dénouer des situations qui semblaient bloquées et de sentir la force de l'équipe qui nous entoure.
Au fil du temps, nous avons senti que ce temps de parole devenait nécessaire voire indispensable.
Le soutien de l'équipe c'est aussi : le partage de moments de convivialité : fêter les anniversaires, les événements importants de la vie, se retrouver autour d'un gâteau, d'un café, d'une cigarette... avoir des rires, des fous rires.

CONCLUSION

Accompagner les malades jusqu'au terme de leur vie fait bien partie de nos missions de professionnels. Point de rencontre entre notre devoir de soignant et d'humanité.
Dans le contexte de maîtrise des dépenses de santé, les professionnels de la santé savent qu'ils ne bénéficieront pas de moyens humains supplémentaires... surtout dans un hôpital local, petite structure de proximité. Le désir de soigner jusqu'au terme de la vie s'est situé au delà des contraintes politico-économiques, et c'est bien grâce aux motivations des personnes qu'un tel projet a pu se réaliser. Chaque soignant possède des capacités, des richesses insoupçonnées. Le travail en équipe permet de majorer les potentiels de chaque membre. L'équipe est alors plus riche que l'addition des compétences de chacun. Peut-être, la clé du "possible", se situe-t-elle là ? Dans la volonté et la capacité à travailler ensemble pour une amélioration de la prise en considération de la personne soignée.

Vers page Famille et accompagnement
Vers page Douleur et personnes agées
Bibliographie
Retour à la page d'accueil
Envoyer un mail