Exemple d'un projet de vie dans une maison de retraite. En prenant ce qui existe, en rassemblant, triant , inventant, voilà ce qu'un directeur de maison de retraite médicalisée a réalisé. Ceci est un pré-projet en cours de réalisation. Un beau travail dans le sens du soin que nous aimons.

 

LE PROJET, COMMENT ?

Réalisation de micro-projets et construction d'un "fichier RESIDANTS"

 

CHAPITRE I - Organisation et méthode

 

1.1 - Démarche et organisation du travail en maison de retraite

1.1.1 - Le personnel : Définir les postes et responsabilités.

Donner une définition des profils de postes

cahier des charges précisant le rôle, les fonctions, le champ d'intervention de chacun compte tenu du statut auquel il appartient.

Tenir compte de l'équipe élargie et des intervenants extérieurs.

 

1.1.2 - La répartition des tâches : limites de la polyvalence. Répartition des tâches entre les membres d'une même catégorie du personnel, voire de catégories différentes dans certains cas.

Ex. : Qui fait quoi ? heures - ménage - repas - toilettes - douches - soins - médicaments etc...

- Peut-on envisager la prise en charge par une personne (agent) de plusieurs résidants ? Intérêts : limitations du nombre d'intervenants gravitant autour d'une personne âgée meilleure connaissance de celle-ci création de liens plus personnalisés.

La tâche ne devient plus prioritaire mais la personne.

 

1.1.3. - Les documents écrits

- Réfléchir sur les modalités de transmission des informations concernant les résidants.

- Nombre de documents et type utilisé compte tenu des prestations à réaliser.

- Nature des informations recueillies.

- Support

- Mode et lieu de rangement.

RECUEIL D'INFORMATIONS FICHIER RESIDANTS

 

1.1.4. - Les réunions : temps forts de la participation.

- Moyens de réfléchir et de discuter sur les orientations et méthodes de travail

- Moyen d'évaluation

- Classeur ou compte-rendu de réunions pour l'équipe.

 

CHAPITRE II - Typologie spécifique des micro-projets

 

2.1 - Intérêt de la typologie : une méthode d'approche pour le personnel

Fil conducteur à la construction du projet global

 

2.2 - Enoncé général et descriptif de la typologie. Choix d'une typologie thématique

2.2.1. - Le projet de vie du résidant

Ce projet touche tout ce qui permet au résidant de vivre en conservant son autonomie le plus longtemps possible et dans un contexte de sécurité auquel il est en droit de prétendre.

Respect et liberté

Rédaction d'un règlement interne "Droits et devoirs de chacun"

Notion de dignité "Charte de la personne âgée".

 

2.2.2 - Projet de création d'un conseil d'établissement.

voir loi du 03 Janvier 1985 Art. 8 "Les usagers, les familles et le personnel".

 

2.2.3 - L'autonomie - dépendance

On cherche ici à donner aux résidants les moyens de s'assumer le plus longtemps possible. Voir autres questions sur les personnes désorientées quant à leur intégration ou leur isolement par rapport au restant des résidants.

 

2.2.4 - L'animation

Détecter au quotidien les éléments qui permettent au résidant de faire face à l'institutionnalisme. On introduira tout particulièrement à ce niveau la notion d'organisation du temps.

 

2.2.5 - L'aménagement du lieu de vie

L'établissement étant le nouveau lieu du résidant voir les moyens pour que la chambre puisse devenir un véritable lieu intime.

 

2.2.6 - L'accueil

L'accueil constituera l'une des clefs pour faire du résidant un acteur à part entière et non un simple visiteur de la structure où il va résider

 

2.2.7 - Le projet "du personnel"

Frontières à l'intérieur desquelles le Personnel doit agir pour assurer un service de qualité. Animation du quotidien - Respect du lieu de vie - Accueil du matin et du coucher - Façon de s'introduire dans le lieu de vie de la personne âgée qui est avant tout un lieu "privé".

 

2.2.8 - L'organisation du travail

Il contribue à définir la dynamique et la cohérence de l'équipe. Le projet trace les lignes de force d'un travail responsabilisant, au sein de la structure et marque l'espace hiérarchique.

 

2.2.9 - Les rapports "équipe - résidant"

L'approche de la personne âgée relève de comportements spécifiques qui demandent la mise en place de pratiques individualisées et personnalisées.

Ce sous-projet constitue une sorte de référence par rapport aux attitudes de l'équipe.

 

2.2.9.1 - L'accompagnement de la fin de la vie

Phénomène quotidien. Pratique adaptée du personnel face aux situations.

 

2.2.9.2 - Le médical

Le projet médical débouche sur des comportements spécifiques du personnel allant de la prévention des incontinences jusqu'à l'établissement de "grilles de dépendance".

 

2.2.9.3 - Le projet d'intégration de la famille

Déterminer le rôle que joue chaque famille auprès du résidant comme auprès du personnel.

Prendre en considération la pression qu'elle constitue, comme groupe d'influence, et essayer de voir en quoi son potentiel peut être utilisé pour conserver l'autonomie du résidant et en quoi son influence peut aider au maintien de l'intégration du résidant dans l'institution

 

2.2.9.4 - Le projet de coordination du bénévolat

Lieu important avec l'extérieur ouverture de l'institution sur le monde extérieur (amis des fleurs, club du 3ème âge etc...)

 

2.2.9.5 - Le projet de relation avec l'environnement

Ce projet doit porter une réflexion sur la place de la structure en relation avec son environnement extérieur monde culturel, politique ou social.

Mener une réflexion sur les notions d'image et de représentation véhiculées par l'institution.

Relations entretenues avec C.C.A.S., Bureau Aide-sociale, CODERPA, D.D.A.S.S., Département, Outil de communication avec l'extérieur dont l'objectif est de rassurer le futur résidant.

 

2.3. - un fichier du résidant pour matérialiser le projet

2.3.1 - Un outil unique et central aux finalités diverses

Le fichier du résidant est le second du pivot du projet.

Outil de travail de l'équipe restreinte ou du "Comité de Pilotage".

Finalité s'inscrit dans la "QUALITE DU SERVICE" à rendre à la personne âgée.

Elle s'inscrit non seulement dans "l'ICI et le MAINTENANT", mais aussi dans un "AVANT et un FUTUR".

Contenu centré sur la connaissance multiforme du résidant.

Personnalisation des services à rendre.

Permet de repérer les ruptures pouvant survenir et de prendre les décisions qui s'imposent après analyse.

LE FICHIER NECESSITE QUE SOIT PENSEE OU REPENSEE L'ORGANISATION DU TRAVAIL

 

2.3.2 - Constitution et utilisation du fichier

Evaluation de départ de chaque résidant constituera un repère continuel pour l'accompagnement du résidant et permettra de mettre en évidence les ruptures qui émailleront à un moment ou à un autre sa vie à l'intérieur de la Maison de Retraite.

 

2.3.3 - Utilité du fichier du résidant

L'avantage d'un tel outil est d'être central, facile à manipuler et d'être en permanence à la disposition de l'équipe Equipe restreinte ou élargie.

Fichier à séparer sans ambiguïté des "grilles de dépendance".

Il se situe en amont de ces grilles de dépendance. Un autre avantage de ce fichier est de ne pas inscrire la personne âgée dans sa dépendance, mais de montrer le chemin qu'elle a parcouru pour y arriver et parfois retarder l'entrée dans cette dépendance.

 

2.3.4 - Articulation des micro-projets : le projet global

Le "fichier du résidant" (comme outil central) et la réalisation de micro-projets constituent deux éléments inséparables dans les faits.

Articulation de ces 2 aspects pour constituer un tout que nous appellerons : LE PROJET GLOBAL DE VIE.

 

CHAPITRE III : DES MICROS-PROJETS AU PROJET GLOBAL DE VIE

 

3.1 - ACCUEILLIR DANS L'INSTITUTION

3.1.1 - Préparer l'accueil, rendre visite au postulant

1er principe : Consentement de la personne âgée si elle peut y satisfaire

Responsabilité de l'individu faire le choix de lieu d'habitat

Visite préalable si possible - Relation avec les résidants

- Prévoir éventuellement "un référant" ou "visiteur". L'idéal pour un postulant c'est qu'il puisse faire des comparaisons entre différents lieux d'accueil collectifs avant de porter son choix définitif.

Le visiteur au cours de sa visite pourra recueillir un nombre important de renseignements de la part du postulant avant son admission.

- Faire attention entre professionnalisme et affectif : Professionnalisme Autorité de par sa fonction du Directeur.

Affectif risque du trop Affectif que le postulant ne rencontrera pas forcément après son admission.

Reconstruction ou plutôt reconstitution d'une journée avec le postulant.

Laisser l'initiative au postulant pour un confident au sein de l'équipe

- Profil et rôle du "visiteur" : Le visiteur doit être la personne capable d'écouter, de prendre des notes et de transmettre à l'ensemble de l'équipe. Il doit transmettre des informations à la personne âgée.

 

3.1.2 - Place des associations de bénévoles dans le cas de l'accueil

Associations de visiteurs, religieuses, associations Loi 1901.

Travail de complémentarité dans l'action avec l'Institution

Totalité liberté de l'Institution en matière de moyens.

Travail en commun sur les objectifs que l'on se donne.

 

3.1.3 - Place de la famille dans le projet institutionnel

Troubles de la famille à l'annonce du départ de son parent en établissement.

La famille souhaite "placer" son aîné sans le vouloir foncièrement. Causes : - Représentation concrète de son propre vieillissement

- Séparation d'une partie de ses repères familiaux

- Recherche de confort personnel

- Culpabilité de la personne âgée qui se sent "en trop", "indésirable".

Familles se déchargent sur le personnel d'un rôle affectif et matériel qu'elles ne peuvent plus assumer.

Famille doit être informée de la pratique du règlement intérieur.

La famille doit être interrogée sur ce qu'elle attend de l'Institution.

Ex : Certaines familles demandent que Directeur que le personnel fasse le lit du résidant alors que celui-ci est capable de le faire.

Explication doit être donnée

 

3.1.4 - Ecrire et diffuser un livret d'accueil

Outil de communication externe visant à donner une bonne image de l'Institution. Cette image doit servir à l'insertion de la personne âgée. Accueil chaleureux et prestations de qualité.

 

3.2 - RECEVOIR DANS L'INSTITUTION

 

3.2.1 - Faire de la Maison de Retraite un lieu ouvert

La personne âgée doit être non pas accueillie mais "chez elle".

Elle peut résider à l'ESSAI notion d'espoir et d'adaptation.

Envisager toujours le retour à domicile dans toutes les circonstances.

La personne âgée en Maison de Retraite n'est pas malade, sans doute, souffre d'un handicap (physique ou psychique ou social) qui l'a conduit en ces lieux, mais ce handicap ne peut être considéré comme un élément rédhibitoire qui fera du résidant un emprisonné.

Milieu totalement ouvert où l'on rentre et sort sans aucune contrainte

 

3.2.2 - Faire visiter les locaux

L'accueil devrait se faire dans sa chambre, c'est à dire "chez lui" et non au secrétariat.

Eviter l'accueil "ADMINISTRATIF".

Faire déplacer la secrétaire chargée d'enregistrer le nouveau résidant dans la chambre nouvellement investie rapport plus personnalisé + digne. Fleurs de bienvenu, petit mot d'accueil.

Donner une idée des locaux accompagnement par une visite de l'essentiel de l'Etablissement pour les plus dépendants en fauteuil roulant.

Visite succincte : chambre, toilettes, cuisine, restaurant, salons.

 

3.2.3 - Rencontrer l'équipe

Laisser le résidant seul avec sa famille lors de l'admission. Présentation de l'équipe de travail. Il ne s'agit pas de présenter tout le monde.

Favoriser les rencontres avec les autres résidants, lorsque ne nouvel entrant est natif du canton et qu'il connaît d'autres pensionnaires Intégration plus facile.

 

3.2.4 - Faire connaissance avec l'environnement humain

Favoriser les rencontres dans le cadre du projet pour des entrants ne connaissant personne lors de leur admission.

 

3.3 - RECONNAITRE UNE VIE AFFECTIVE

Il faut reconnaître une vie affective à chaque résidant. Prendre en compte ses pulsions Faire référence à l'histoire de la personne âgée et de tout ce qui a fait sa personnalité jusqu'au jour de son admission.

Notre éducation mêlée à nos conceptions de vie judéo-chrétienne nous pousse à valoriser l'affectif au sens chrétien au détriment d'un affectif physique, corporel d'où surenchère intellectuelle des valeurs spirituelles au détriment d'une écoute du corps.

Le projet doit aussi de focaliser sur le fait que tout être âgé à une vie affective et une sexualité y compris en maison de retraite.

Eviter d'encourager des attitudes déviantes

Le comportement du personnel est essentiel dans la vie sexuelle des personnes âgées, il doit s'éloigner de la vision d'un résidant qui ne serait qu'un individu asexué par l'absence d'une vie intime. Image de soi, désirs etc...

 

3.4 - ACCOMPAGNER LA PERSONNE AGEE EN FIN DE VIE

3.4.1 - Connaître les principes de la fin de vie

Le projet doit prendre en considération la fin de vie. Demande de formation du personnel.

Place de la mort dans notre société ? La mort demeure encore "cachée".

Le vécu de la mort en milieu hospitalier est souvent vécu par le personnel comme source de culpabilisation et d'échec.

Refus de la mort acharnement thérapeutique, abandon, euthanasie.

Au niveau de l'individu Prise en compte suivant plusieurs paramètres : - Age, personnalité, sa culture, ses croyances, ses réactions : face à la maladie, face à la douleur.

- Ses relations avec sa famille

- Sa situation sociale

- Son niveau de conscience (personne désorientée ou pas)

Pendant cette phase de fin de vie, les soins de maintenance se substituent aux soins curatifs.

Aider à vivre le plus dignement possible, confort maximal doivent être les principes qui priment à cette période de la vie de la personne.

Sentiment de solitude existentielle temps du bilan final.

 

3.4.2 - Introduire les principes dans le projet

Le projet de vie touchant à l'accompagnement doit être compris comme une méthode visant à procurer le bien-être physique et psychologique le plus satisfaisant possible.

Le Personnel tout entier est concerné.

Ne pas considérer la personne en fin de vie comme un être ayant fini d'avoir des attentes et des désirs. Il n'existe pas d'attentes qui ne soient "écoutables" dans ces moments-là.

Respect des convictions religieuses doit aller au-delà d'un simple principe.

Venue d'une personne du culte en cas de demande.

De même que le non-croyant doit lui aussi être entendu dans sa "croyance" et faire l'objet d'une approche spécifique, non moralisante ou pire culpabilisante.

Soutien pour la famille de la personne âgée.

Participation des divers acteurs : l'ensemble du personnel, la famille, les amis, les ministres du culte, les bénévoles et les résidants eux-mêmes.

Bien-être physique et bien-être psychologique.

En ce qui concerne le bien-être physique, il se doit de répondre aux besoins fondamentaux tels que les a définis V. HENDERSON, en personnalisant le plus possible la prise en charge d'où une bonne connaissance de la personne âgée telle que peuvent nous la donner le fichier du résidant et les outils d'évaluation de la dépendance.

Lutte contre la douleur doit ici occuper une place privilégiée voir les thérapeutiques antalgiques qui permettent de systématiser leur emploi sans altérer la lucidité de la personne.

A côté de ces techniques médicamenteuses, existent d'autres techniques comme la sophrologie, la relaxation, les massages, le toucher etc...

Recours aux fiches d'évaluation de la douleur.

Débattre sur l'attitude à avoir face à la vérité rôle du médecin est essentiel. (voir page 102).

Angoisse devant la mort. Projection de sa propre mort.

 

3.4.3 - Former à l'accompagnement dans le cadre du projet

Formation intégrée dans la connaissance spécifique de la personne âgée et créer ainsi les contours du "réceptacle synergique" de l'ensemble du personnel.

La mort est indissociable de la vie de l'individu et d'autre part, c'est une équipe qui la prend en charge.

Réaction homogène de l'équipe restreinte face à la mort.

Le projet de vie qui respecte son objectif HUMAIN ne peut donc faire l'économie d'une formation globale sans risquer d'accéder au principe de la tâche morcelée peu favorable à la "relation de qualité" qui nous avons plus haut évoqué.

 

3.5 - AMENAGER LE LIEU DE VIE

3.5.1 - Pour mieux s'approprier les lieux

- L'espace individuel

Pour que la chambre du résidant devienne le nouveau "chez soi", elle doit se distinguer de la chambre d'hôtel "trop impersonnelle" et de la chambre d'hôpital "trop aseptisée".

Il faut donc développer le concept de location avec 2 formules à la clé qui sont :

Le locatif meublé, et le locatif non meublé.

Pour l'équipe, accueillir le futur résidant (et sa famille) doit déboucher sur le concept de locataire afin de lui permettre de s'approprier des lieux avant même son installation choix des meubles, décoration, personnalisation.

- L'espace Collectif

Vivre chez soi n'exclut pas de vivre en société.

S'approprier de l'espace collectif pour que la Maison de Retraite devienne sa Maison de Retraite, c'est aussi développer son sentiment d'appartenance parallèle avec vivre dans sa rue, dans son quartier, dans son village.

L'espace collectif représente pour chaque résidant un espace important.

Bannir l'image de réfectoire. Eventuellement organiser en salle à manger des lieux de rencontre

salle propice aux fêtes organisée.

Prévoir des repères affichage de l'heure, du jour du temps

" situation des locaux selon les points cardinaux Espace

" porte de chambre personnalisée Espace individuel

Quant au hall d'accueil, il doit traduire la vie dans la Maison de Retraite. Lieu d'informations internes et externes.

 

3.5.2 - Décorer en répondant à des besoins de bien-être

Adapter la décoration et l'aménagement de la Maison de Retraite au milieu social des personnes âgées constituent le premier principe sur lequel il faut se baser. Décor trop luxueux peut créer un malaise vécu dans un milieu modeste.

 

3.5.3 - Le comportement du personnel

Problème de savoir-vivre de la part du personnel qui doit contribuer à favoriser les relations et à créer une ambiance chaleureuse.

Etre disponible signifiant "être au service" de la personne âgée.

Répondre aux demandes sans être agacé ou dérangé.

Le comportement du personnel traduira le souci de mettre au premier rang le respect de la personne âgée.

Délicatesse dans la relation. Attention à l'autre.

Eviter les situations débouchant sur les conflits.

Etre respectueux de la personne âgée, c'est la considérer comme un sujet pensant "décidant".

Même quand les facultés sont altérées, maintenir à tout prix la participation dans le CHOIX DES DECISIONS qui dirigent sa vie.

Au niveau de l'appellation, sont à proscrire les termes de "PAPY et MAMY", (statut de personnes vieillissantes) et non en tant qu'individu original.

APPELER LA PERSONNE PAR SON NOM DE FAMILLE.

"TUTOIEMENT" est à bannir. Dans tous les cas le "VOUVOIEMENT" doit rester une obligation différence : d'âge et respect vis à vis de la personne âgée.

La tenue du personnel doit refléter un certain soin, du goût et une absence de laisser-aller que ce soit au niveau des vêtements, de la coiffure, du maquillage, de la démarche ou du positionnement du corps.

Répondre à des critères d'esthétique et d'harmonie.

Respecter la personne âgée dans son lieu de vie chambre lieu privé.

Interdiction de rentrer sans frapper et attendre une réponse.

Avoir l'autorisation de faire ou toucher quelque chose chez la personne âgée comme on le ferait à domicile.

Importance du sourire, de la gaieté du personnel dans la création d'une ambiance conviviale ou il fait bon vivre.

 

3.6 - LE PROJET D'ANIMATION

3.6.1 - Définition d'hier, définition d'aujourd'hui donner une âme

Passage du concept d'animation de type ludique à une définition beaucoup plus large, visant les rapports du résidant avec le quotidien.

On est passé d'une organisation de jeux organisation du temps avec une ré appropriation de l'IDENTITE du résidant.

Il est évident qu'en devenant plus dépendant, le résidant est moins apte à participer à l'animation prévue.

"NOTION DE LIBERTE INDIVIDUELLE" a rendu l'animation moins collective.

Animation du latin anima : l'âme : Elle consiste à donner une âme à la structure en créant une dynamique reposant sur la valorisation des gestes quotidiens, en conservant une identité individuelle, collective et sociale.

Réponse adaptée, c'est à dire individualisé aux attentes des résidants. Dès lors, concevoir une animation en maison de retraite revient nécessairement à extraire de la structure son potentiel (humain et matériel) afin de le mettre, sous ses multiples facettes, au service du résidant.

 

3.6.2 - Construire un programme d'animation : écouter les attentes

Caractéristiques de la population (dominante âgée ou non, dépendante ou non).

Critères Aptitudes du personnel à s'investir dans un mode relationnel motivant

centraux Possibilités de réponses matérielles

Type de relations entretenues avec le monde extérieur

Quels sont les objectifs pour la création d'un véritable programme d'animation?

Typologie de l'animation

- L'animation ludique

Elle repose sur le jeu utilisation des savoir-faire des résidants et stimulation des pratiques

Prévoir des tournois qui mettraient la personne âgée dans un mécanisme de compétition.

Eviter l'infantilisation du résidant en lui imposant la pratique de jeux qui se serait pour lui qu'un prétexte à faire "passer le temps".

Découvertes de nouveaux jeux en groupe ?

- L'animation culturelle

Entretenir le lieu de la personne âgée avec son environnement culturel, soit de transmettre sa culture.

OBJECTIF développer ou conserver les acquis relationnels de la personne âgée, basés sur son érudition.

Aspects passifs inscription à des conférences comme "Connaissance du Monde"

Accompagnement des invalides par les valides.

Aménagement d'une chapelle.

- L'animation visant l'entretien de la santé

Préservation de la santé physique et mentale du résidant.

Salles appropriées pour l'exercice d'une culture physique adaptée à un âge avancé.

Activité de déplacement (marche, randonnée dans l'environnement de la maison de retraite).

Organisation de pique-niques ou de visites

Visite d'un château, d'une exposition.

L'animation préservant la santé mentale fait souvent référence à la conservation de la mémoire ou à la mobilisation basée sur l'attrait de l'environnement.

Toute activité doit s'inscrire naturellement dans une pratique dont l'individu peut comprendre le sens et où il peut trouver un intérêt. Ex. : Activité "Mots croisés" ne paraît pas actuellement répondre à l'attente des résidants actuels des maisons de retraite.

S'interroger sur l'activité essentielle de la personne âgée avec son admission en Etablissement.

Mettre en place des groupes de parole doit en principe répondre à l'attente du plus grand nombre Echanges de souvenirs et désir de transmettre à autrui.

- L'animation créative et d'utilité sociale

Etre créatif soit avoir comme premier objectif de produire. Seul le produits pour donner un sens à l'animation.

Ex. : Créer des santons pour animer la crèche de Noël.

Faire une exposition de produits créés (coussins, napperons, etc...)

Peinture sur soie ou vannerie.

Mobilisation de plusieurs résidants autour d'un thème visant l'utilité sociale, faire des tricots pour donner aux plus nécessiteux (Secours Populaire ou Catholique)

Prise de contact aux l'extérieur d'où intégration de l'Institution dans le tissu social.

- L'animation développant la convivialité

Il peut paraître paradoxal de voir associer la convivialité à l'animation. En fait, il n'en est rien où l'on définit la convivialité comme l'art de favoriser l'accueil et la qualité de la vie.

Repérage dans l'institution des éléments qui permettent de vivre le mieux possible (voir "Les incontournables" : Murs, anniversaires, bibliothèques, décoration, oiseaux). Changer la décoration, changer le mobilier de place. Remplacement des cadres anciens. Marquer les saisons dans la décoration des murs. (repérage temporel) photos de métiers anciens ou nouveaux choisir des thèmes.

Faire évoluer le décor et l'environnement de la personne âgée, l'intéresser à ces bouleversements.

Eviter le côté répétitif des anniversaires peut poser autant de difficultés qu'il apporte d'intérêts années qui s'égrainent vers le vieillissement et la mort.

Fêter une fois par mois pour plusieurs résidants n'a plus de signification, ce n'est plus la personne qui est fêtée, mais le groupe Individu perdu dans le collectif. Peut-être il serait plus opportun de marquer "les fêtes" s'il doit exister un prétexte pour assurer une animation.

 

3.7 - UN PROJET SPECIFIQUE POUR LA DEPENDANCE

Troubles mentaux sont considérés comme les maladies les plus graves dont les démences constituent le niveau de gravité le plus élevé. Dans plus d'un cas sur trois, la démence est considérée comme grave.

"La dépendance est un indicateur destiné à refléter la capacité des personnes à effectuer des gestes de la vie courante".

Degré de dépendance pour que le personnel adapte son comportement (Voir définition page 119 : Rapport Schopflin.

- Introduction d'un projet spécifique pour les personnes âgées dépendantes.

Il faut établir le type de dépendance dont souffre la personne âgée.

3.7.1 - La désorientation

Faire le choix de fermer ou d'ouvrir la structure

Deux tendances sont observées :

1) Institution qui inclue les dépendants psychiques avec les autres résidants

2) Institutions qui les isolent

 

3.7.2 - L'incontinence : mobiliser le personnel contre l'institutionnalisme.

L'incontinence constitue l'un des phénomènes les plus marquants de l'institutionnalisme.

L'incontinence est relativement facile à diagnostiquer mais son étiologie relève d'une complexité pour tout intéressante à connaître.

Dans les 6 mois qui suivent l'entrée des personnes âgées en Etablissement le pourcentage d'incontinents double.

N'y aurait-il pas un dysfonctionnement de l'institution ? Au-delà d'une résultante due à l'avancée en âge.

L'incontinence doit faire l'objet d'une approche spécifique.

IMPORTANT : Le projet de vie doit interroger le personnel sur son fonctionnement, il

doit aussi lui donner les moyens d'une réponse adaptée.

1ère réponse : démarche de recherche étiologique situant dans le temps l'apparition de l'incontinence.

Autres réponses Remise en question de l'utilisation de système absorbant de façon systématique au profit d'une mobilisation régulière.

Toute incontinence doit être envisagée dans ses différentes composantes : somatique - comportementale et écologique

1) Somatique Elles sont nombreuses - diversité des situations

2) Psychologique Contexte de rupture ou conflits avec l'entourage. Se poser la question et rechercher la fréquence d'apparition d'une incontinence dans les jours ou les semaines qui suivent l'admission (voir nombre)

3) Ecologique Manque de repérage des toilettes - Eloignement des toilettes "difficultés de retenues" de façon prolongée - Vêtements inadaptés - Utilisation systématique de couches d'où souvent infantilisation de la personne âgée (considérée comme un enfant - An. (Couches) - Barres de sécurité qui empêchent la personne de se lever seule et de se rendre aux toilettes.

Réponses tardives à la demande des personnes âgées.

Répercussions pour la personne âgée :

- Avant tout psychologique humiliation sous-jacent au phénomène de régression

Images négatives de soi

Isolement et retrait de la vie sociale découlent bien souvent de l'incontinence

Inconfort physique et gêne occasionnée par des odeurs désagréables pour soi-même

et les autres viennent renforcer les sentiments de culpabilité, d'humiliation voir même de dégoût

Pour le personnel :

- Augmentation de la charge de travail. Sentiment de tâches quasiment sans arrêt renouvelées, côté désagréable de ces tâches.

Peut contribuer à déclencher chez le personnel des comportements ou des paroles agressives et blessantes allant à l'encontre de l'esprit du projet.

Conclusion : Le personnel doit aider le médecin à faire son diagnostic de l'incontinence en recueillant dans un "catalogue mictionnel" des données sur la manière dont se manifeste cette incontinence.

Une écoute de la personne âgée, une réponse rapide à un coup de sonnette contribueront à guérir ces symptômes.

 

3.7.3 - Autres dépendances, même remèdes

De multiples autres dépendances liées à des handicaps physiques naissent avec le temps. (Vue, odorat, ouïes, membres (bras, jambes) marche difficile etc...)

Le problème de la mobilité de la personne âgée se pose à chaque fois et le personnel dans sa totalité doit faire face à ces handicaps par une volonté continuelle de stimulation à la mobilité de chaque personne.

Dans le cas contraire RISQUE DE GRABATISATION

Mise en pratique à tous moments de la MOBILISATION DE LA PERSONNE AGEE. Toilette, repas, ménage avec temps de mobilisation.

 

3.7.4 - Une utilisation qualitative du fichier du résidant

Connaissance de la personne âgée pour ce qui est du projet spécifique à la dépendance d'où une utilisation pratique du fichier résident.

Il doit se concevoir comme un REPERTOIRE analysant les ruptures survenues soit en amont de son entrée, soit depuis son entrée.

REPERE INCONTOURNABLE Rôle du fichier

Mise en place de la grille de dépendance

 

CHAPITRE IV - CONSTRUIRE LE FICHIER DU RESIDENT

 

4.1 - NECESSITE DU FICHIER

4.1.1 - De l'oral à l'écrit, utiliser au mieux les informations :

- Rôle de centralisateur de tous les éléments de connaissance concernant le résident.

- Approche qualitative est ainsi mise en route.

- Chacun dans une équipe à une connaissance individuelle et donc différente du résident. (le plus souvent non communiquée à l'ensemble de l'équipe)

- Connaissance jamais écrite.

- Permet de mieux connaître le résident dans sa globalité pour une meilleure intervention de l'équipe auprès de lui (cohésion de l'équipe)

- Centraliser toutes les informations permettant une meilleure connaissance de la personne âgée.

 

4.1.2 - Constitution et utilisation du fichier résident

- dossier administratif (prise en charge financière)

- Pour tout résident entrant en institution : dossier médical

- Créer un autre fichier différent Fichier du RESIDENT utilisé au quotidien par les

différents membres de l'équipe restreinte

Outil performant facile à utiliser et accessible à la compréhension de tous les utilisateurs.

Voyons de plus près "l'OBJECTIF D'UTILISATION PRATIQUE" : 3 parties s'en dégagent.

Questionnement centré sur la personne âgée. Ce n'est pas un "interrogatoire".

Ne pas être inquisiteur

L'objet de ce questionnement est d'obtenir de la personne âgée qu'elle veuille bien nous livrer un certain nombre d'éléments de sa vie afin de mieux la connaître, pour mieux la "SERVIR"

 

Question préliminaire : " Qu'ai-je besoin de savoir sur cette personne pour mieux ? comprendre ses attentes et y répondre de façon adaptée et cohérente ?

Savoir plus particulièrement : Rythme des visites

Valeur de l'environnement social du résident

Où se trouvent ses proches ?

 

RECUEIL DES DONNEES abordant à la fois l'histoire et les événements qui l'on amenée à se trouver en Institution

Type de questions : - Quels sont les faits principaux qui ont marqués votre vie ?

- Qu'est-ce qui motive son entrée en Etablissement ?

Voir également l'aide de la famille pour une meilleure connaissance de la personne âgée.

Une autre fiche s'interrogera sur la véritable situation, physique, morale, psychique, comportementale de la personne.

Questions : a) Quel est son potentiel à l'entrée ?

- activités physiques : culturelles et manuelles encore possible,

réalisées ou souhaitées

- handicaps existants et aides matériels utilisées

- activités quotidiennes jusqu'à ce jour réalisé : lit, ménage,

cuisine etc...

 

b) Quel est sa nature apparente ? Fermée, dépressive, anxieuse , communicative

 

c) Quel est son état de santé ?

Voir vivre la personne âgée au quotidien. Y sont répertoriées ses activités de la vie quotidienne et ses habitudes : heures du lever et du coucher, toilette, habillage, repas, sommeil, continences (urines, selles), faire son lit, ménage, activités extérieures etc...

Cette partie doit mettre en évidence des observations complémentaires à travers les souhaits exprimés de la personne âgée à propos de la vie en institution. Cela impose un suivi à travers une mise à jour régulière.

Faire émerger un certain nombre d'éléments.

Il est inutile bien entendu de passer en revue toutes les fiches, seules les résidents pour lesquels des éléments de vie auront changé au quotidien verront ces modifications s'inscrire sur ces fiches.

Ce travail de suivie soit s'effectuer dans le mois qui suit l'admission au minimum tous les 6 mois de façon systématique.

Dans le cas de rupture (ou de prémices à une rupture) le fichier du résident devra être saisi par inscription.

Phase décisionnelle à la suite d'une rupture.

Faire vivre la personne âgée au quotidien.

C'est à la suite de la constatation de cette rupture que des actions cohérentes et efficaces pourront être mises en Ďuvre au regard des problèmes soulevés.

Pour que la personne âgée puisse vivre aujourd'hui comme demain, il faut préserver et entretenir son capital santé.

D'où solliciter, stimuler, encourager, dynamiser, accompagner, dans les activités de la vie quotidienne.

 

4.1.3 - Former pour accéder à un nouveau mode de fonctionnement

1) Le fichier du résident soit se placer en amont.

2) Le fichier du résident soit être le "feu clignotant" qui interpelle l'équipe quand survient une modification des habitudes de vie du résident.

3) Il doit visualiser le positif, responsabiliser le personnel par la motivation et l'intérêt porté aux actions entreprises et doit limiter la médicalisation de la Maison de Retraite.

 

Modifications des habitudes de travail

Le fichier implique des pratiques nouvelles qui doivent être comprises par l'ensemble du personnel

Casser les habitudes

Responsabilisation du personnel qui entre dans une phase d'analyse permanente des situations

Formation de tout le personnel

 

4.2 - LES GRILLES DE DÉPENDANCES

 

Retour à la page d'accueil
Envoyer un mail à l'institut gérontologique de l'ouest, spécialisé dans l'accompagnement de projets