Non, le mal au dos des soignants
n'est pas une fatalité.
Article paru dans la revue de l'Aide Soignante, Avril 1999

 

Toutes les institutions de soins organisent depuis une vingtaine d'années, avec des réussites très variables, des formations dites de "manutention des malades", afin de permettre aux personnels soignants de se protéger de ce qui est devenu un véritable fléau au travail : le mal de dos.

Mais si la manutention des malades n'est qu'un outil qui ne vise que l'amélioration du confort des soignants, nous pouvons alors parler de grutage des malades. Il vaut mieux alors ne pas en faire. La manutention relationnelle n'est qu'un outil de soin qui, par sa richesse, favorise la rencontre entre les soignants et les personnes soignées..

Dans cet article, nous allons essayer d'expliciter les éléments principaux qui devraient permettre de mener une lutte efficace contre ces accidents de travail.

Quelques considérations en vrac, pour orienter notre discussion:

Le code du travail, en résumé:

- Un homme ne peut porter plus de 55 kgs

- Une femme ne peut porter plus de 25 kgs

- L'établissement doit organiser des formations de manutention

- L'établissement doit travailler sur l'organisation et fournir du matériel adéquat.

Les indications du code du travail

- Article R231-66 (Décret n° 92-958 du 3 septembre 1992 art. 1 Journal Officiel du 9 septembre 1992 en vigueur le 1er janvier 1993) (Décret n° 94-352 du 4 mai 1994 art. 1 i Journal Officiel du 6 mai 1994)

Les dispositions de la présente section s'appliquent à toutes les manutentions dites manuelles comportant des risques, notamment dorso-lombaires, pour les travailleurs en raison des caractéristiques de la charge ou des conditions ergonomiques défavorables. On entend par manutention manuelle toute opération de transport ou de soutien d'une charge, dont le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement, qui exige l'effort physique d'un ou de plusieurs travailleurs.

- Article R231-67 (Décret n° 92-958 du 3 septembre 1992 art. 1 Journal Officiel du 9 septembre 1992 en vigueur le 1er janvier 1993) (Décret n° 94-352 du 4 mai 1994 art. 1 i Journal Officiel du 6 mai 1994)

L'employeur doit prendre les mesures d'organisation appropriées ou utiliser les moyens adéquats, et notamment les équipements mécaniques, afin d'éviter le recours à la manutention manuelle de charges par les travailleurs. Toutefois, lorsque la nécessité d'une manutention manuelle de charges ne peut être évitée, notamment en raison de la configuration des lieux où cette manutention est effectuée, l'employeur doit prendre les mesures d'organisation appropriées ou mettre à la disposition des travailleurs les moyens adaptés, si nécessaire en combinant leurs effets, de façon à limiter l'effort physique et à réduire le risque encouru lors de cette opération.

 

- (Décret n° 92-958 du 3 septembre 1992 art. 1 Journal Officiel du 9 septembre 1992 en vigueur le 1er janvier 1993) (Décret n° 94-352 du 4 mai 1994 art. 1 i Journal Officiel du 6 mai 1994)

Pour la mise en oeuvre des principes généraux de prévention définis à l'article L. 230-2 et sans préjudice des autres dispositions du présent code, lorsque la manutention manuelle ne peut pas être évitée, l'employeur doit : 1° Evaluer, si possible préalablement, les risques que font encourir les opérations de manutention pour la sécurité et la santé des travailleurs ; 2° Organiser les postes de travail de façon à éviter ou à réduire les risques, notamment dorso-lombaires, en mettant en particulier à la disposition des travailleurs des aides mécaniques ou, à défaut de pouvoir les mettre en oeuvre, les accessoires de préhension propres à rendre leur tâche plus sûre et moins pénible.

-Article R234-6 (Décret n° 75-753 du 5 août 1975 Journal Officiel du 15 août 1975) Les jeunes travailleurs de moins de dix-huit ans et les femmes employés dans les établissements mentionnés à l'article précédent ne peuvent porter, traîner ou pousser tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de ceux-ci des charges d'un poids supérieur aux poids suivants :

Personnel féminin de dix-huit ans et plus : 25 kg.

 

Article R231-72 (Décret n° 92-958 du 3 septembre 1992 art. 1 Journal Officiel du 9

septembre 1992 en vigueur le 1er janvier 1993)(Décret n° 94-352 du 4 mai 1994 art. 1 i Journal Officiel du 6 mai 1994) Lorsque le recours à la manutention manuelle est inévitable et que les aides mécaniques prévues au 2° du premier alinéa de l'article R. 231-68 ne peuvent pas être mises en oeuvre, un travailleur ne peut être admis à porter d'une façon habituelle des charges supérieures à 55 kilogrammes qu'à condition d'y avoir été reconnu apte par le médecin du travail, sans que ces charges puissent être supérieures à 105 kilogrammes.

---- Article R231-71 (Décret n° 92-958 du 3 septembre 1992 art. 1 Journal Officiel du 9 septembre 1992 en vigueur le 1er janvier 1993) (Décret n° 94-352 du 4 mai 1994 art. 1 i Journal Officiel du 6 mai 1994) Sans préjudice des dispositions de l'article L. 231-3-1 et des décrets pris pour son application, l'employeur doit faire bénéficier les travailleurs dont l'activité comporte des manutentions manuelles :

1° D'une information sur les risques qu'ils encourent lorsque les activités ne sont pas exécutées d'une manière techniquement correcte, en tenant compte des critères d'évaluation définis par l'arrêté prévu à l'article R. 231-68 ;

2° D'une formation adéquate à la sécurité relative à l'exécution de ces opérations ; au cours de cette formation, qui doit être essentiellement à caractère pratique, les travailleurs sont instruits sur les gestes et postures à adopter pour réaliser en sécurité les manutentions manuelles.

 

 

Rappelons aussi quelques statistiques:

- 62% des soignantes de plus de 49 ans disent souffrir du dos,

- 74 % des soignants se plaignent aussi de douleurs chroniques ou aiguës

- Plus de 80% des accidents de dos arrivent au cours de soins où le soignant est seul avec le malade.

- Un patient pèse en moyenne 65 kilos, il est donc souvent une "charge" lourde.

L'organisation des soins et le travail sur la notion d'équipe sont donc des facteurs essentiels de la protection des soignants, afin d'éviter le travail "seul" avec des patients difficiles.

Le malade est sans doute la "charge" la plus difficile à "remuer": "Sans angle, sans poignée, souvent déformable, aux réactions imprévisibles, il ne faut en aucun cas le lâcher".(Professeur Debras).

 

D'ou proviennent les accidents du travail:

L'accident du travail provient d'une inadaptation entre la charge de travail et les capacités physiques de l'homme. Plus la charge augmente, plus l'angle "a" de la pente de risque augmente d'angle, et plus le risque d'accident du travail est grand ( schéma 1)

L'ergonomie (l'adaptation des postes de travail, l'équipement..), en diminuant la charge de travail, réduit l'angle a. (figure 2)

De même, la formation , en augmentant la capacité de l'homme , va diminuer le risque d'accident. L'angle de pente de risque "b", est naturellement plus faible que "a", et "a-b" représente la diminution des accidents de travail obtenue lors de la mise en oeuvre d'une politique de protection des personnels.

Une politique de prévention des accidents du personnel devra, si elle est bien conduite, mener des projets dans 3 directions à la fois:

- La formation pour augmenter les savoirs faire, les capacités physiques des soignants

- L'étude ergonomique suivie d'un plan d'équipement visant à diminuer la charge du travail: lève-malades, lits à hauteur variable, aménagement des salles de bain etc...

- L' organisation du travail tenant compte des données nouvelles (savoirs faire et ergonomie) et mettant en avant le travail en équipe.

Q'un seul de ces 3 points manque et les résultats obtenus peuvent être bien en dessous des résultats escomptés.

En menant une expérience de formation visant les 3 points, amélioration des capacités, équipement, et organisation du travail, nous avons vu le taux des arrêts de maladie pour mal de dos diminuer de 60 % (CHG Limoux, Aude, 1995-1996)

Le mal de dos n'est donc pas une fatalité, à condition que l'institution s'en donne les moyens.

Nous allons analyser dans cet article, les conditions requises pour la réussite d'un tel projet

 

LA MANUTENTION DES MALADES: suite de l'article

La Méthodologie des soins Gineste-Marescotti est protégée en France et à l'étranger. Marques déposées: "Toucher tendresse","Gineste-Marescotti","Philosophie de l'humanitude", "Capture Sensorielle", "Manutention Relationnelle,"Mourir Debout".

Copyright © international 1999,2000,2001,2002,2003,2004,2005,2006. La reproduction des articles est strictement interdite sans l'accord écrit de Yves Gineste et de Rosette Marescotti, et doit porter, quand elle est autorisée, la mention: Production Yves Gineste et Rosette Marescotti, CEC/IGM-France, http://www.cec-formation.net.

 

Bibliographie
Retour à la page d'accueil
Envoyer un mail