La civière-douche (chariot douche) : des conditions techniques adéquates

article de la revue de l'asstsas, "objetifs prévention"

Pierre Poulin, asstsas (Québec)

Julie Bleau, asstsas (Québec)

Yves Gineste, Communication et études corporelles (CEC-IGM France)

Dans plusieurs situations, des conditions de l'équipement ou de l'environnement nuisent à l'utilisation de la civière-douche, au point où les travailleurs l'abandonnent. Cet article présente des solutions possibles aux principaux problèmes techniques liés à l'utilisation de cet équipement. L'objectif est double : la toilette à la civière-douche doit être agréable pour le client. Elle doit aussi être agréable et sécuritaire pour le soignant tout en offrant des avantages par rapport aux autres types de toilettes.

 

Dans un article précédent d'Objectif prévention1, nous avons présenté une méthode d'utilisation de la civière-douche. Nous y comparions aussi la sécurité et la qualité de ce type de toilette avec les alternatives qu'offrent le bain au lit, le bain à la baignoire avec une chaise de bain, un lève-personne ou une civière de bain.

 

yves Gineste
cec-igm

L'utilisation de la civière-douche, selon la méthode décrite dans cet article, permet d'offrir la meilleure qualité de toilette aux clients grabataires. Aux soignants, elle offre de meilleures postures de travail et facilite la relation avec le client.

Malgré cela, plusieurs conditions défavorables peuvent contrer les avantages et le plaisir des soignants à utiliser cet équipement. Voici des suggestions techniques en regard des principaux problèmes qui nous sont rapportés : l'espace, l'eau sur le plancher, le confort du client.

 

Nous n'avons pas l'espace nécessaire !

Ce commentaire réfère à la situation où les soignants disposent d'une salle avec bain, bien sûr, mais sans espace supplémentaire. Il est possible d'utiliser la civière-douche au-dessus de la baignoire selon certaines conditions :

- les pattes de la civière-douche entrent sous la baignoire;

- le fond de la civière-douche passe par-dessus la baignoire, ainsi l'eau s'écoule dans la baignoire par le drain de la civière-douche ;

- la douche-téléphone la baignoire est suffisamment longue pour atteindre la tête du client.

En contrepartie, cette façon de faire comporte des inconvénients. D'abord, elle implique deux désinfections : celle de la civière-douche et celle de la baignoire. Ensuite, il se peut que la civière ne puisse pas descendre assez bas pour les soignants de petite taille. De plus, comme on ne peut pas utiliser simultanément la baignoire et la civière-douche, cela conduit à une certaine compétition dans l'organisation de l'ensemble des bains.

Il est aussi possible d'utiliser la civière-douche dans les toilettes de la chambre. Évidemment, cette salle doit être suffisamment grande pour que les manŌuvres des soignants soient sécuritaires. Le drainage de la civière-douche se fait au-dessus de la cuvette et il faut doter la salle de toilettes d'une douche-téléphone.

La civière-douche peut aussi être utilisée dans la salle de bain au-dessus d'une cuvette de toilettes ou dans la zone prévue pour la douche en position assise ou même au-dessus d'une baignoire domestique.

 

On doit porter des bottes à cause de l'eau sur le plancher !

Les fabricants de civières-douches offrent un panneau de contrôle mural intégrant une cuve de drainage, un régulateur de température, une douche-téléphone et une douchette pour le nettoyage avec désinfectant. Malheureusement, pour économiser, certains établissements prévoient plutôt le drainage directement à un drain de plancher ainsi qu'une robinetterie standard, des conditions défavorables à l'utilisation de la civière-douche.

La civière-douche peut se brancher directement au drain de plancher à l'aide du tuyau de drainage prévu à cet effet. Par contre, il arrive que le drain de plancher ne suffise pas et déborde.

De plus, bien qu'un mécanisme soit prévu pour accrocher le tuyau de drainage à la civière-douche, il y a risque de s'y accrocher ou que de l'eau coule sur le plancher lors des déplacements. Il est beaucoup plus simple de relier une cuve (peu dispendieuse) au drain de plancher et de positionner le drain de la civière-douche au-dessus de cette cuve. On évite ainsi de s'encombrer du tuyau de drainage.

On a aussi intérêt à enlever la crépine (s'il y en a une) du drain de la civière-douche. Les seuls débris que l'on risque d'y retrouver sont des selles. Il devient très simple de tourner le client, d'évacuer les selles, de laver et rincer la civière et de continuer la toilette. Un avantage indéniable par rapport à la baignoire qu'il faut vider complètement en cas de dégât et remplir à nouveau.

Un autre problème survient avec les rebords de certains modèles de civière-douche qui ont tendance à se retourner vers l'intérieur. Le jet de la douche-téléphone peut alors passer plus facilement par-dessus le rebord. De l'eau risque de se retrouver sur le plancher. Pour régler ce problème, il suffit d'installer quelques bandes de velcro pour fixer les rebords aux ridelles.

Par ailleurs, le travailleur peut facilement s'arroser lui-même avec la douche-téléphone. En attachant une débarbouillette avec un élastique autour de la pomme de douche, il élimine la possibilité d'arrosage. En même temps, le jet d'eau devient plus doux pour le client.

 

Le client a froid !

Il est juste de penser que le client peut avoir froid. Par contre, ce désagrément s'élimine facilement.

Le refroidissement du corps mouillé résulte de l'évaporation de l'eau à la surface de la peau. Le client mouillé a froid s'il n'est pas couvert lorsque l'eau s'évapore. Le même phénomène se produit pour le haut du corps du client assis dans la baignoire. Emballer le client dans un drap (utile aussi pour le transfert, les déplacements latéraux et pour tourner le client dans la civière-douche) et mouiller le drap régulièrement, fournit une partie de la solution.

Par contre, le drap mouillé se retrouve au lavage. Pour éviter de surcharger les sacs de lavage, il faut répartir tous les draps mouillés dans différents sacs. Certains argumentent que la buanderie exécutée à l'extérieur en coûtera plus cher. C'est possible, mais cela reste à vérifier. Normalement, l'établissement est facturé pour la lingerie propre et non au poids de linge souillé. S'il y a effectivement un coût supplémentaire, il faut l'évaluer et décider en fonction du bien-être du client et de la sécurité des soignants.

Une autre façon de réduire l'inconfort du client consiste à accélérer le séchage. Pour ce faire, la disponibilité, en quantité suffisante et à proximité, de serviettes, idéalement de grandes serviettes ou de draps de bain, est essentielle. Certains soignants préfèrent utiliser un drap de finette pour sécher le client. Et pourquoi pas ?

Augmenter la température de la salle de bain et se doter de lampes infrarouges sont d'autres moyens d'assurer le confort du client. Le positionnement des lampes infrarouges ne doit pas être approximatif. C'est le client qu'elles doivent réchauffer et non les soignants.

Le problème de température peut aussi provenir de l'absence d'un régulateur de température de l'eau. L'utilité de ce régulateur est évidente pour la sécurité du client (éviter les brûlures), mais aussi pour gagner du temps. Nous avons observé que des soignants mettent jusqu'à cinq minutes pour ajuster la température de l'eau avec une robinetterie standard. Ils doivent aussi surveiller constamment le réglage, car des variations de température importantes surviennent régulièrement, surtout vers le froid.

Nous avons également observé des régulateurs de température défectueux. Les fabricants suggèrent une maintenance journalière et annuelle de cet équipement pour en maintenir le bon état de marche. À chaque jour, on doit faire fonctionner le contrôle de température du minimum au maximum. Annuellement, les filtres du système doivent être remplacés.

Une fois ces mesures instaurées, il est toujours possible d'exécuter la toilette d'un collègue sceptique. Il pourra témoigner s'il a eu froid ou non…

 

Une situation avantageuse et agréable pour les soignants

Évidemment, la situation de chaque établissement et même de chaque unité de soins est particulière. Elle mérite une analyse spécifique afin d'apporter les améliorations d'équipement, d'environnement et d'organisation du travail appropriées pour rendre l'utilisation de la civière-douche avantageuse, tant pour les clients que pour les soignants.

Références

1. POULIN, P., J. BLEAU, Y. GINESTE. " La civière-douche : bien-être pour le client, sécurité pour le soignant ", Objectif prévention, vol.25, no. 4, p. 30-32.

2. BERTRAND, Guy. Aménagement d'une salle de bain -démarche et points de repère, Collection PARC, ASSTSAS, 2002, 58 p. (Disponible sur notre site Internet &endash;à vérifier)

---

 

Points de repère d'aménagement

Le document de l'ASSTSAS " Aménagement d'une salle de bain - démarche et points de repère "2 indique des repères pour l'aménagement d'une zone spécifique à l'utilisation de la civière-douche :

- un espace de dégagement minimal de 910 mm de chaque côté et d'environ 1 200 mm, à la tête de la civière-douche ;

- cependant, pour réaliser des transferts dans cet espace (civière-douche_fauteuil), c'est plutôt un dégagement de 1 800 mm qui est nécessaire pour l'utilisation d'un lève-personne mobile au sol ou de 1 500 mm pour l'utilisation d'un lève-personne sur rail au plafond.

 

La Méthodologie des soins Gineste-Marescotti est protégée en France et à l'étranger. Marques déposées: "Toucher tendresse ","Gineste-Marescotti","Philosophie de l'humanitude", "Capture Sensorielle", "Manutention Relationnelle,"Mourir Debout".

Copyright © international 1999,2000,2001,2002,2003. La reproduction des articles est strictement interdite sans l'accord écrit de Yves Gineste et de Rosette Marescotti, et doit porter, quand elle est autorisée, la mention: Production Yves Gineste et Rosette Marescotti, CEC/IGM France, http://www.cec-formation.net.

Au Québec, IGM-C est chargé de l'enseignement de la La Méthodologie des Soins Gineste-Marescotti .

L'ASSTSAS developpe une formation issue de la "métho" dans un programme appelé "Soin Relationnel".

 
Bibliographie
La toilette des patients
plan des salles

La douche au lit : Un nouveau concept pour doucher les patients dans leur lit. Simple et génial.

Retour à la page d'accueil
Envoyer un mail